Vous souhaitez un conseil fiscal international, faites nous confiance !

Les successions internationales

 

En cas de détention de capitaux à l'étranger non déclarés, il est fortement conseillé de régulariser votre situation.

Dernières news ...

Le 27 juillet 2012 est paru un Règlement Européen destiné à simplifier le régime des successions internationales en Union Européenne. Ce règlement entrera en vigueur le 17 août 2015. Il faut noter que le Danemark, l'Irlande et le Royaume-Uni n'ont pas adopté ce Règlement. Nous sommes dans le cadre du droit international privé réglant également en partie, le cas des régimes matrimoniaux, du divorce ...

 

 

Une question fiscale ?

 

Sont exclus du champ d'application du Règlement la fiscalité successorale, déterminée généralement par les conventions fiscales, ou par les Etats Membres. Le Règlement prévoit la possibilité de choisir la loi applicable à sa succession. Une personne peut ainsi choisir la loi de l'Etat dont elle possède la nationalité au moment où elle fait ce choix, ou au moment de son décès. Cette loi peut être celle d'un Etat Membre, ou d'un Etat tiers. Cependant, seule la loi de la nationalité du défunt peut être choisie.

En France, les héritiers devront faire une déclaration de succession.

Attention, le droit fiscal conserve son autonomie, et c'est la règle fiscale du pays de la résidence fiscale du défunt au moment du décès qui gouvernera la fiscalité de la succession.

Il est dès à présent possible d'établir la loi applicable à la succession dans un testament, mais elle n'aura d'effet que si le décès a lieu après le 17 août 2015 (date d'entrée en vigueur du Règlement).

 

La compétence juridictionnelle

Une seule juridiction est compétente pour statuer sur tous les aspects du règlement d'une succession. Le principal critère de rattachement est la résidence habituelle du défunt au moment de son décès.

Lorsque le défunt a choisi la loi d'un Etat Membre pour régir sa succession, l'Etat de la résidence du défunt peut inviter les parties à saisir la juridiction de l'Etat Membre choisi pour statuer sur les règlements de la succession.

Questions à l'Expert ...

Peut on échapper à l’ISF quand on part à l’étranger ? la réponse ici >>

Je pars en expatriation comment sera taxé précisément mon contrat d’assurance vie en France ? la réponse ici >>

Peut on échapper à l’impôt sur la plus value en cas de cession en tant que non résident ? la réponse ici >>

Comment suis-je taxé en cas de retour en France si une partie de l'année, je suis résident fiscal français et l'autre partie de l'année résident fiscal d'un autre pays ? la réponse ici >>

 

Toutes nos réponses ici >>

 

Une question fiscale ?

 

Le certificat successoral européen

Dans un souci de rapidité de traitement des successions internationales, le Règlement introduit un Certificat Successoral Européen (CSE).

Son objet est d'assurer la libre circulation des preuves de la qualité d'héritier, des vocations successorales et des pouvoirs pour administrer la succession.

Ce document ne se substitue pas aux documents propres de chaque Etat. Ainsi, si un tel certificat est demandé en France, le notaire n'est pas dispensé d'établir un acte notarié.

Le CSE sera délivré par chaque autorité émettrice : la juridiction ou l'autorité qui, en vertu du droit national, est compétente pour régler les successions.

Le CSE mentionne les indications usuelles (défunt, décès, identité des ayant-droits …), mais aussi les conventions matrimoniales éventuelles stipulées par le défunt, l'option prise dans la succession (acceptation ou renonciation), les pouvoirs des héritiers et la liste des biens composant le patrimoine du défunt.

Le Certificat sera reconnu de plein droit dans tous les Etats Membres de l'UE, sans avoir à recourir à aucune autre procédure. Son contenu est présumé correspondre à la vérité au cours de sa validité (6 mois). Au-delà de ce délai, une nouvelle expédition devra être demandée.

 

Bilan fiscal Expatriation Joptimiz !

Nous avons créé ce bilan fiscal Expatriation afin de prendre les bonnes décisions fiscales quant à vos objectifs :

  • pour votre départ ou retour de l'étranger ;
  • anticiper les conséquences (Exit tax, clôture d'investissement ...) ;
  • durant votre expatriation (revenus, plus-value, succession, ...) ;
  • de maitriser les critères de résidence fiscale et les impacts ;
  • d'optimiser vos revenus exceptionnels (stock-options, AGA, ...) ;
  • de cession ou transmission de votre patrimoine (titres, immobiliers ...) ;
  • de besoin de capitaux ;
  • de maitriser l'ISF, les droits de mutation ;
  • de protection de vos proches ...;
  • ...
  • d'avoir les réponses à toutes vos interrogations.

Nous partons de l'existant et vous indiquons nos conseils pour atteindre ces objectifs.

 

 

 

Si vous souhaitez nos conseils quant à une situation particulière,

Cliquez ici >>

 

 

©2016 JOPTIMIZ Plan du site Accueil